ébène


ébène

ébène [ ebɛn ] n. f.
ebaine XIIIe; ebenus XIIe; lat. ebenus, gr. ebenos, d'o. égypt.
Bois de l'ébénier, d'un noir foncé, d'un grain uni et d'une grande dureté, utilisé en tabletterie, marqueterie, brosserie, etc. Coffret d'ébène. Bracelet en ébène. Par ext. Bois dense et foncé d'autres arbres exotiques. Par compar. Noir comme l'ébène. Un noir d'ébène, éclatant. Des cheveux d'ébène, d'un noir soutenu.
(1833) Fig. Bois d'ébène, nom donné aux Noirs par les négriers. Le commerce du bois d'ébène : la traite des esclaves noirs.

ébène nom féminin (bas latin ebenus, du grec ebenos) Nom usuel et commercial de bois durs et noirs, d'origine botanique diverse, des régions chaudes. ● ébène (difficultés) nom féminin (bas latin ebenus, du grec ebenos) Genre Féminin : un guéridon fait de l'ébène la plus noire. ● ébène (expressions) nom féminin (bas latin ebenus, du grec ebenos) Bois d'ébène, nom donné autrefois par les négriers aux Noirs. Littéraire. D'ébène, d'un noir éclatant : Des cheveux d'ébène.ébène adjectif invariable D'une couleur noire.

ébène
n. f.
d1./d Bois de l'ébénier, dur, très dense, noir, veiné de brun ou de blanc, utilisé en ébénisterie de luxe et en sculpture. Coffret en ébène.
ébène du Sénégal, du Mozambique: bois de couleur foncée d'un palissandre (Dalbergia melanoxylon).
d2./d Par comp. Couleur d'un noir éclatant. Chevelure d'ébène.
|| Fig. Bois d'ébène: nom donné autref. par les négriers aux esclaves noirs.

⇒ÉBÈNE, subst. fém.
A.— Bois fourni par le cœur de l'ébénier, connu pour sa dureté, son poli et sa couleur noire et employé surtout en marqueterie. Elle chercha une glace, et ne trouva qu'un miroir de Venise, terne dans sa large bordure d'ébène (FRANCE, Lys rouge, Paris, Calmann-Lévy, 1894, p. 308). On sait que dans un violon, la table et l'âme sont faites en Épicéa, les chevilles, la touche, le cordier et le bouton en Ébène (PLANTEFOL, Bot. et biol. végét., t. 1, 1931, p. 205) :
1. La fille du commissaire-priseur utilisa dans sa salle à manger de ravissants tapis turcs en les y encadrant dans de vieux ébènes, d'un prix devenu exorbitant.
BALZAC, Les Employés, 1837, p. 41.
P. métaph. La pirogue circule sur une plaque d'ébène à travers les nymphéas blancs, puis s'enfonce sous les branches (GIDE, Voy. Congo, 1927, p. 705).
En emploi apposé avec valeur d'adj. Clarinette alto, 15 clés, 4 anneaux, bec ébène (Catal. Couesnon, 1934, p. 59).
SYNT. Cadre, canne, lit à colonnes d'ébène; meubles d'ébène et d'ivoire; ébène incrustée de cuivre, de nacre; ébène marquetée, polie.
P. ext. Ébène verte, jaune. ,,Bois jaune, verdâtre, peu dense du Bignonia leucoxylon (...) qui croît aux Antilles, au Brésil, à Cayenne`` (PRIVAT-FOC. 1870). Ébène rouge. ,,Bois rouge provenant de l'Amérique méridionale`` (DG). Fausse ébène. ,,Bois du faux-ébénier`` (DG).
B.— [P. anal. avec la couleur] D'ébène, noir, poli comme l'ébène.
1. [En parlant de pers. et notamment de la chevelure ou du teint] Le roi fit accroupir l'eunuque au front d'ébène (HUGO, Fin Satan, 1885, p. 799). C'était un étranger à la figure quinquina aux cheveux d'ébène, huilés et frisés, à la tête de satrape (MORAND, France-la-Doulce, 1934, p. 108). Myriam m'embrassait. Sous ses cheveux d'ébène et d'argent elle semblait plus jeune et plus décidée que jamais (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 533) :
2. Les vierges aux seins d'ébène
Belles, comme les beaux soirs,
Riaient de se voir à peine
Dans le cuivre des miroirs
HUGO, Les Orientales, 1829, p. 18.
3. Les plus belles petites filles d'Harlem paradaient sans se décoiffer, parmi les bébés d'ébène et de palissandre et des mères criardes, tôt alourdies...
COLETTE, La Jumelle noire, 1938, p. 218.
En emploi apposé avec valeur d'adj. Courtial, il se teignait les tiffes en noir ébène et la moustache, la barbiche il la laissait grise (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 410).
[Ds la lang. des négriers] Bois d'ébène. Esclaves noirs. Marchand de bois d'ébène. [Nous] passions la nuit à bavarder et à parler du trafic des « bois d'ébène » qui est à l'origine des plus grosses fortunes de l'Angleterre (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 337).
2. Plus rare. [En parlant de la nature, d'un animal] Le vent s'éteint. La lumière tombe... je vois la coupole d'ébène, que raie une goutte de sang une étoile filante... (ROLLAND, Colas Breugnon, 1919, p. 275). Ils [un oncle et sa femme] nous envoyaient chercher dans leur break, traîné par des chevaux d'ébène qui piaffaient en balayant le sol avec leurs queues démesurées (JAMMES, Mém., 1921, p. 73).
Rem. Quelques dict. du XIXe s. (Ac. Compl. 1842, BESCH. 1845, Lar. 19e, Nouv. Lar. ill.) enregistrent le verbe ébéner. Donner à du bois la couleur de l'ébène. Le poirier s'ébène très bien (Nouv. Lar. ill.).
Prononc. et Orth. :[]. Cette représentation d'ébène est celle de BARBEAU-RODHE 1930 (à titre de var.), DUB., Pt ROB., Pt Lar. 1968, WARN. 1968, Lar. Lang. fr. D'autres indications font apparaître des désaccords sur 1. la voyelle de la syllabe finale : [] (PASSY 1914; BARBEAU-RODHE 1930, à titre de var.); 2. la voyelle de la syllabe non finale : [], par harmonisation vocalique (GRAMMONT Prononc. 1958, p. 41). Les indications concernant ébéniste (voir ce mot) font apparaître d'autres différences. 1. Dérivation sur le modèle abrège, abrégeons : ébéniste [ebenist], avec, de la part de ROUSS.-LACL. 1927, pp. 143-144, la précision suivante : à la deuxième syllabe, voyelle ,,moyenne``, c'est-à-dire intermédiaire entre [e] et []. ROUSS.-LACL. 1927 considérant que dans la dérivation [] devient [e] ou [] et que [] devient [], on ne sait pas si le mot de base fait, en ce qui concerne la syllabe finale, [] ou [] (il fait []). (En ce qui concerne la syllabe non finale, leur représentation d'ébéniste, [], sans harmonie vocalique, ne fait pas apparaître comme probable l'harmonisation vocalique en ce qui concerne ébène). 2. Dérivation sur le modèle de lève, levons : ébeniste [eb()nist] (cette graph. et cette prononc. ds FÉR. Crit. t. 2 1787). Ces contradictions sont plus ou moins réelles. Les différences en ce qui concerne la durée, p. ex., peuvent résulter d'une sensibilité décroissante aux faits de durée, considérés plus ou moins confusément — et en l'occurrence tout à fait à tort, cf. la différence quant à la voyelle de syllabe finale entre, p. ex. domaine et garenne — comme des faits contextuels. Plus gén., il convient de faire la part des aléas d'une notation en termes de catégories. Dans la mesure où elles sont cependant réelles, il convient, pour en rendre compte, d'admettre, plus systématiquement que ne le font les dict. et les manuels (voir ci-dessus l'hésitation admise par BARBEAU-RODHE 1930), la variation, selon les circonstances chez un locuteur donné, et d'un locuteur à l'autre. Enq. :/eben/. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1160 ebenus « bois de l'ébénier » (Eneas, 6430 ds T.-L.); 2e moitié XIIIe s. [ms.] lit d'ebaine (Alexandre de Paris, éd. Michelant, p. 535, 28 [Elliott Monographs, vol. 2, br. IV, 1260 : Un lit de laine]); 1542 [éd.] masc. ébène noir (RABELAIS, Pantagruel, éd. V.-L. Saulnier, chap. XIII, note 193), d'où 1794 ses cheveux d'ébène (CHÉNIER, Bucoliques, p. 29); 2. 1833 « surnom donné aux noirs » trafiquants de bois d'ébène (MÉRIMÉE, Mosaïque, p. 48). Empr. au lat. impérial ebenus, fém. « ébénier; bois de l'ébénier », lui-même empr. au gr. empr. à l'égyptien hbnj peut-être d'orig. nubienne (CHANTRAINE). Fréq. abs. littér. :352. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 647, b) 841; XXe s. : a) 374, b) 268. Bbg. ANDRÉ (P.). Le Vocab. des archetiers. Vie Lang. 1974, p. 668. — ROG. 1965, p. 180.

ébène [ebɛn] n. f.
ÉTYM. Après 1250, ebaine; lat. ebenus, grec ebenos, d'orig. égyptienne.
1 (V. 1160). Bois de l'ébénier, d'un noir foncé, d'un grain uni et d'une grande dureté, utilisé en tabletterie, marqueterie, brosserie, etc. || Bois d'ébène.
Ouvrages de tabletterie en ébène. || Meubles, armoire, lit d'ébène. || Coffret d'ébène.
1 L'ébène dont le cœur présente une magnifique couleur noire, ou noirâtre caractéristique, est un bois très dense, plus lourd que l'eau, très dur, difficile à travailler, mais à grain très fin et prenant un magnifique poli. Il appartient au genre Diospyros et est originaire d'Afrique; les provenances du Gabon sont plus appréciées que celles du Cameroun. Madagascar donne également une belle qualité. L'ébène ne provient pas d'un grand arbre; elle est importée sous forme de petits billons; on l'utilise en brosserie, coutellerie, lutherie, tournerie, marqueterie.
Jean Campredon, le Bois, p. 109.
Par ext. (Qualifié). Bois dense et foncé d'autres arbres exotiques. || Ébène verte, jaune : bois de biguonia leuxycolen. || Fausse ébène : bois du faux ébénier. || Ébène rouge, d'un arbre d'Amérique du Sud. || Ébène du Sénégal. Dalbergie.
2 Par compar.Noir comme (de) l'ébène. || D'un noir d'ébène.(1794). Surtout en parlant des cheveux et du teint. || D'ébène : d'un noir soutenu. || Cheveux, barbe d'ébène, très noirs (→ Cou, cit. 5).
2 Les vierges aux seins d'ébène,
Belles comme les beaux soirs,
Riaient de se voir à peine
Dans le cuivre des miroirs (…)
Hugo, les Orientales, I, 3.
3 Fortes tresses, soyez la houle qui m'enlève !
Tu contiens, mer d'ébène, un éblouissant rêve
De voiles, de rameurs, de flammes et de mâts (…)
Baudelaire, les Fleurs du mal, « Spleen et idéal », XXIII.
tableau Désignations de couleurs.
3 Loc. fig. (1833). Vx ou hist. Bois d'ébène, nom donné aux Noirs par les négriers. || Le commerce du bois d'ébène : la traite des esclaves noirs.
DÉR. Ébénacé, ébénacées, ébénier, ébéniste.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ébène — ébène …   Dictionnaire des rimes

  • Ebene — heißt das Erzeugnis einer Geraden, die immer durch einen Punkt geht und dabei eine Gerade schneidet. Sie teilt den Raum in zwei symmetrische Halbräume, ist unbegrenzt, in sich verschiebbar und umkehrbar; jede Gerade durch zwei Punkte derselben… …   Lexikon der gesamten Technik

  • Ebene — Ébène Nom vernaculaire ou nom normalisé ambigu : Le terme « Ébène » s applique, en français, à plusieurs taxons distincts. Ébène …   Wikipédia en Français

  • Ebène — Ébène Nom vernaculaire ou nom normalisé ambigu : Le terme « Ébène » s applique, en français, à plusieurs taxons distincts. Ébène …   Wikipédia en Français

  • Ebene — steht allgemein für eine ebene Fläche, siehe Planarität mathematisch für einen zweidimensionalen Vektorraum, siehe Ebene (Mathematik) geometrisch für die euklidische Ebene, ein zweidimensionaler euklidischer Raum geographisch für eine Landschaft …   Deutsch Wikipedia

  • ébène — ÉBÈNE. s. f. Le bois de l Ébenier. Ébène noire. Cabinet d ébène. Bordure d ébène. Travailler en ébène. Il y a diverses sortes d ébène. De l ébène verte. De l ébène grise. De l ébène rouge et noire, blanche et noire …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • ebene — Ebene. subst. f. Le bois de l ebenier. Ebene noire. cabinet d ebene. bordure d ebene. travailler en ebene. il y a diverses sortes d ebene. de l ebene verte. de l ebene grise …   Dictionnaire de l'Académie française

  • ébéné — ébéné, ée (é bé né, née) part. passé. Du bois ébéné …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Ebene — [Aufbauwortschatz (Rating 1500 3200)] Auch: • Flachland • Niveau • Stufe • Spiegel • Wert(e) Bsp.: • …   Deutsch Wörterbuch

  • Ebene — Ebene, 1) in der Geographie ein ausgedehntes Flachland von Bergketten od. vom Meere eingeschlossen. Man unterscheidet Tiefebene u. Hochebene. Tiefebenen sind im Allgemeinen von weit größerer Ausdehnung u. erscheinen in ihrer Bodenbildung als… …   Pierer's Universal-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.